Guêpier

Je viens subitement de me souvenir d’une histoire croisée il y a des années dans un bouquin sur les sciences cognitives (je ne me souviens plus duquel), à propos de la guêpe sphex.

Donc c’est l’histoire de la guêpe sphex, qui pique ses proies, les fourre dans un trou, pond ses œufs, et ses petits ont ainsi de quoi bouffer lorsqu’ils éclosent.

Oui, c’est gore, mais ce n’est pas le propos.

Car il se trouve que la guêpe en question a une routine bien rodée une fois qu’elle a tué sa proie.

1/ Elle inspecte son trou
2/ Si tout va bien, elle ressort chercher sa proie
3/ Elle place la proie dans le trou

Or, des chercheurs particulièrement vicieux ont remarqué que s’ils déplaçaient la proie, même de quelques millimètres, pendant que la guêpe inspectait son trou à l’étape 1, la guêpe retrouvait la proie, mais elle buguait et devait reprendre sa routine à zéro : elle laissait donc à nouveau sa proie pour inspecter son trou.

En outre, les chercheurs vicelards ont constaté que s’ils déplaçaient la proie à chaque fois, la guêpe bouclait : étape 1, étape 2, BUG, étape 1, étape 2, BUG, etc., jusqu’à l’épuisement.

Mais pourquoi cette histoire a-t-elle soudainement surgi des tréfonds de ma mémoire ? C’est bizarre tout de même. J’étais tranquillement en train de lire mon fil Twitter, qui causait de la croissance qui une fois de plus, la salope, n’est pas au rendez-vous, et des diverses mesures d’austérité qui sont envisagées, les mêmes que d’habitude, évidemment, vous savez, celles qui n’ont jamais les résultats escomptés mais qui vont marcher ce coup-ci…

Bon, je ne sais plus, mais ce n’est pas grave. Au moins maintenant, vous êtes au courant pour les guêpes.

20. February 2013 by sknob
Destination: Un peu de recul (TINA) | Leave a comment

Leave a Reply

Required fields are marked *

*